Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - PHILIPPE JAFFEUX

Publié par ERIC DUBOIS sur 3 Décembre 2012, 19:43pm

Catégories : #poèmes

 

Il corrigeait son horizon avec des lettres qui redressaient des lignes de mots.

Les choses reconnurent son corps inanimé à l’instant où il ignora son âme.

Le silence se rapproche de notre pensée s’il nous éloigne d’une parole inaccessible.

Le présent était une réalité depuis qu’il rêvait au lieu de penser.

La vérité est musicale lorsque la composition d'une image interprète le rythme d’un jeu.

Il découvrait l'action du vide depuis qu’il contemplait un monde caché derrière des nombres.

Le fond d’une page s’exprime avec du vide pour résister à une écriture creuse.

Notre planète est animée par l'espace depuis que notre temps s'arrête sous terre.

Une inversion alimenta son intelligence lorsqu’il mangea un animal au lieu d’une bête.

La précision de l'alphabet est invisible car l'écriture est une grossière trahison du silence.

Des nombres invincibles s’acharnent à mesurer la défaite d’un temps immensurable.

Il noyait ses larmes dans des éclats de rire qui renflouaient sa parole brisée.

Sa vie était une erreur depuis que ses semblables étaient les témoins de cet accident.

Son ombre devança son corps lorsqu’il prit du retard sur des nuits impatientes.

Le temps l’oubliait depuis qu’il écrivait afin de se souvenir d’un abécédaire.

Il succomba à l'ivresse d'écrire après avoir refusé de boire de l'encre.

Il retrouvait sa santé si la force de son esprit se perdait dans son corps.

Ses meilleures pages étaient blanches puisque c'était celles qu'il n'avait pas encore écrites.

Une célébrité meurt afin de nommer une rue qui disparait dans une ville anonyme.

Il respirait entre chaque lettre parce qu’il existait entre sa naissance et sa mort.

La parole est invisible depuis que l’air remplit des hommes vides.

La source du temps abreuve un alphabet qui court-circuite des nombres machinaux.

Il obéissait à la logique de ses peurs pour être libéré par le non-sens de sa révolte.

Ses cartes de visites blanches étaient découpées dans des pages imprésentables.

Nous validons l’origine de la parole lorsque des cris cassent nos voix.

Il se reflétait entre les bords d’une page blanche pour se voir vivre à côté de lui-même.

 

 

 

 

 

( Page 7 de "Courants II . Le risque . ) 

 

 

PHILIPPE JAFFEUX

 

 

 

Né à Paris le 11 Avril 1962. Etudes de lettres et de cinéma. Des extraits de Alphabet ont été publiés à L'Atelier de l'agneau (poème du jour N°73), dans la revue Boxon (N°25), revue Ouste (N°18), Traction-Brabant (N°38) et la revue N4728 (N°19). La totalité de la lettre E (Zen) a été mise en ligne par Sitaudis.fr (Pierre le Pillouër)

 

Parution en 2001 de "O -  L'an / " ( éditions Atelier de l'agneau- Collection Architextes )


Son site : http://www.philippejaffeux.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents