Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - PHILIPPE JAFFEUX

Publié par ERIC DUBOIS sur 17 Décembre 2012, 16:28pm

Catégories : #poèmes

 

 

L'infini déborde sur des pages vides parce qu'il se limite à être blanc.

Il se soignait en torturant l’écriture car il souffrait de savoir parler du silence.

La lumière du vide hante des lettres qui fuient une écriture obscure.

Il imaginait ses oublis pour se souvenir de sa véritable mémoire.

La nature s'enracine dans la beauté dès que l’art s'arrache à la vérité.

Des lieux se rassemblaient autour de lui car sa fuite du temps s’éparpillait dans son corps.

La nature se cache derrière le silence de la musique afin d’habiter des villes tapageuses.

Une page blanche délimite un débordement de toutes les couleurs dans la lumière du vide.

La transparence de l'air mesure une trace du silence avec le poids d'une parole absente.

La toile d'un peintre et un écran de cinéma accentuaient l’absurdité de sa page blanche.

Il écrivait pour se soigner avec la santé d’une encre imbuvable.

Nous cachons notre lumière intérieure depuis que le soleil révèle nos ombres.

La beauté d'une page vierge articule l'os de la parole avec un vide plastique.

Un serpent de mots se mord la queue en attendant d'être mangé par des lettres impatientes.

Un ordre mystérieux définit la beauté d'un dictionnaire avec un alphabet anonyme.

Un mélange de couleur vide une page qui résiste à être traduite par des lettres obscures

Il avait enfin le courage d’être sérieux parce qu’il n’avait plus peur du ridicule.

La bonté de son intelligence chérissait les contradictions d’un sens irresponsable.

Les mots font écho à l'alphabet si leurs lettres se reflètent dans le silence d’une image.

La force du vide consiste à remonter son fond à la surface d’une forme dure.

L'alphabet soigne un silence qui est tombé malade à cause de la parole.

Il tremblait au lieu de parler car il craignait la température du silence.

Il paracheva l’alphabet lorsqu'il épela les mots pour les ressusciter avec leurs lettres.

Le chaos tombe sur notre terre depuis que le ciel supporte des nuages informes.

Il rencontra son destin d’artiste lorsqu’il fût corrigé par le hasard.

Il goûtait l’air avec sa langue pour percevoir le sens d’une parole fade.

 

 

 

 

 

(Page 8 de Courants II Le risque)

 

 

 

 

 

 

 

PHILIPPE JAFFEUX

 

 

 

Né à Paris le 11 Avril 1962. Etudes de lettres et de cinéma. Des extraits de Alphabet ont été publiés à L'Atelier de l'agneau (poème du jour N°73), dans la revue Boxon (N°25), revue Ouste (N°18), Traction-Brabant (N°38) et la revue N4728 (N°19). La totalité de la lettre E (Zen) a été mise en ligne par Sitaudis.fr (Pierre le Pillouër)

 

Parution en 2001 de "O -  L'an / " ( éditions Atelier de l'agneau- Collection Architextes )


Son site : http://www.philippejaffeux.com/

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents